Est-ce que le web sera censuré par l'Etat ?

Un Décret Officiel vient d’être annoncé dans le Journal Officiel. Celui-ci prévoit qu’il sera possible pour le gouvernement d’ordonner le déréférencement de sites faisant l’apologie du terrorisme ou diffusant des images de mineurs à caractère pornographique.

logo_google.jpg

Suite à ce décret, l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC) pourra demander directement à Google, et aux autres moteurs de recherches et annuaires de déréférencer un contenu. Le changement semble positif au premier coup d’œil. Mais comme avait pu dire Benjamin Franklin « Un peuple prêt à sacrifier, un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’un ni l’autre, et finit par perdre les deux. »

Cette décision permettra de tuer la visibilité d’un site web sans aucune vérification par un juge pour approuver la validité de la décision. De plus, il sera impossible pour qui que ce soit de faire un recours pour contester la décision.

D’ailleurs, récemment le gouvernement a également voté une loi lui permettant d’effectuer un blocage administratif sur un site web grâce à une simple demande du Ministère de l’Intérieur. Mais dans ce cas-là un message expliquant pourquoi le site est bloqué est affiché à l’internaute. Dans le cas d’un déréférencement, le site n’est plus disponible, les gens ne peuvent même pas savoir qu’il lui est arrivé quelque chose.

big_brother.jpg

On ne peut pas s’empêcher aux dérives qui arriveront puisque le contrôle des personnes en charge des décisions de déréférencement semble assez minime. Même les moteurs de recherche n’auront pas l’autorisation de divulguer au public la liste des sites que le gouvernement à demander a déréférencer.



Une personnalité de la CNIL aura la charge de surveiller les actions de déréférencement. Mais le terrorisme étant une notion extrêmement floue, il est impossible pour une voire plusieurs personnes de prendre une bonne décision à ce sujet.

D’ailleurs si on remonte le temps, on pourrait décrire la Révolution Française comme un acte de terrorisme en se plaçant au point de vue du pouvoir en place. Est-ce qu’un tel dispositif ne pourrait pas également être utilisé à des fins politiques afin de faire taire certains discours politiques qui ne correspondent pas à ce que le pouvoir en place pense ?

Pour le moment il n’y a pas beaucoup de réponses à toutes ces questions, mais nous espérons voir un retour de la part du public sur un évènement qui a beaucoup d’enjeux pour leurs libertés et la liberté sur le net.